BOUMBADABOUM.

Des moments comme celui là où tu sais que tu vas en chier. Pas un peu. Pas vite fait. Non, tu sais que tu vas manger, longtemps, et douloureusement. 
Alors tu regardes le plafond.
Le plafond te regarde. Les minutes défilent, les heures s'écoulent. Tu écoutes la nuit, tu écoutes la ville qui dort. Tu fumes clope sur clope, en te disant à chaque mégot "ça va aller". T'essaie de rester debout, de pas tomber, tu te promet de n'être jamais à genoux. Parfois quelques larmes s'échappent, vite séchées, vite oubliées. Et tu penses, tu penses en dévisageant ce putain de plafond, tu penses tandis que les heures sombres vont à reculons, tu penses que t'aimerais bien être ailleurs. Être loin. Être vide de tout sentiments, vide d'émotions. 
Ne pas te balancer comme un patin désarticulé au bout des cordes que l'on t'offre en souriant et te reprend sans prévenir.

Pub & Coup de Coeur



Mes loulous, aujourd'hui je vous invite à aller voir à ailleurs !
Plus précisément sur cette page facebook et ce site internet
Il s'agit d'un graphiste freelance chez qui j'ai eu la chance de faire un p'tit bout de chemin,
et il fait des choses plutôt chouettes. 
Donc finissez votre pâté, levez votre gobelet en plastique et allez aimer, partager, commenter, toussa toussa !




Et un COUP DE COEUR MONUMENTAL pour l'univers de KrouskY.
"Être ou paraître", totalement à rebours des clichés habituels consacrés au(x) corps, à l'être, à la beauté. C'est ... sans mots. C'est simplement bandant, intriguant, excitant, passionnant. Les masques tombent et se dévoilent les émotions, l'être au delà des apparences. Allez faire un tour sur son blog, ça vaut réellement le coup d'oeil.







|| ça tourne en rond ça tourne en rond ||


illustrations empruntées à Cha

Chauve-souris crasseuse à la gueule de monstre. Maigre comme un clou et affamée, elle se repaît des doutes, des peurs, des barrières. Petit à petit, de tout ce que je lui donne sans le vouloir pour se nourrir, elle grossit. La bête prend des forces, sa peau creusée de cicatrices se gonfle sous le poids de toute cette rage, elle grandit, étire ses ailes trouées, elle se sent bien. Elle se sent bien accrochée sur mon dos, ses crocs plantés dans ma peau, à sucer doucement la vie, les rêves, l'espoir. Je le déteste ce monstre, rien d'aérien ou d'élégant, elle est pataude, elle pue la mort, le moisi. De ses griffes elle lacère ma propre peau, pour y insuffler son venin, ces gouttes de poison qui s'infiltrent dans mes veines, dans tout mon corps. Et il fait son chemin.

Il se dilue dans mon esprit, attaque les défenses que je dresse, fait tomber les barricades qui me protègent des heures sombres et des idées noires. Il creuse, il s'installe de force. Derrière mes pupilles il change ma vision, de tout, de moi surtout. Et elle se marre la chauve souris, elle laisse voir ses dents pointues et jaunâtres, elle ricane tout en me rongeant le cerveau à distance. Elle ne demande que ça, que je m'humilie, me dévalorise, me couvre de mille insultes, mille défauts, mille raisons de n'être rien, bien ni pour moi ni pour personne d'autre. 

Oh oui elle adore ça ! Ses ailes s'étendent un peu plus à chaque fois que je baisse les yeux devant mon reflet, que je chiffonne de rage l'esquisse d'une histoire, que je frappe avec impuissance le mur de mes poings. Elles grandissent, enveloppent maintenant mes épaules, elles cherchent à me couvrir la poitrine.
Parce-qu'elle sait cette sale bête. Elle sait que si elle parvient, ne serait-ce qu'une seconde, à laisser ses ailes poisseuses entourer mon coeur, elle pourra s'installer, longtemps. Elle deviendra toute-puissante, reine déglinguée de mes émotions, qui elles deviendront noires, noires et sans fond.
Le monstre aura gagné, de mes artères ne coulera plus que son poison, et dans chaque organe, sous chaque centimètre de peau, dans tout mon corps régnera son influence morbide et néfaste.
Chauve souris crasseuse à la gueule de monstre. 

Je sais que ce soir j'arriverais à la battre. A l'écraser, casser la membrane fine de ses ailes, arracher ses crocs, me purger de son venin. Ce soir, à force de sueur et de larmes, de sang et de rage, je réussirais. Mais demain ?

♫ Père Noë t'es le seul ami des enfants, toujours au moins 3 grammes dans le sang ! ♪



Honte à mon manque sidéral de mises à jour par ici. j'étais, et suis toujours, plutôt occupée (et plutôt paresseuse mais ça fait mieux de dire que j'ai plein de choses à faire plutôt que je préfère me saouler au lieu de mettre à jour le blog).


Pour résumer mon absence, ça donnerait à peu près ceci 


► Amour contrarié avec la SNCF - Famille ♥ - Gadoue et forêt - Papier cadeau - Couture - Champagne - Montagne de cadeaux - Shisha en loucedé - Chien de poche dans la boue - Chéri - Cinéma - Apéro coupains - Bières à un millier d'euros - Route - Chaussettes à rayures - Chéri - Collants multicolore - Champagne - Douche rock'n roll - Bonnet nounours (lé bôôô hein?) - Môman - Route - Sac à dos - Kerouac, Kerouac, Kerouac - Clopes sous les étoiles - Sauter à pieds joints sur des briques de lait - Chercher un chien - Courir dans les bois après un chien - S'égosiller en appelant un chien - Vol de guirlandes - Vol de boules de noël - Câlins - Route -  ♪ Vive la fellation, vive la sodomie ♫ - Nicolas Vanier - JUST DO IT - Coller des stickers partout - Apéro coupains - Bataille de vin rouge, de bière, de ... -  Chien sosie de mon chien - "c'est ma chériiiiiiie" - Techno - Changement de ch'veux - ReChangement de ch'veux - Inscription aux épreuves - Route - Bave de Diesel - Câlins - Rock'nroll MacDo - Crasseux - Dormir avec des pruneaux - Se réveiller avec des pruneaux  - Sexe avec des pruneaux - Il a vomi sur la crèèèèche - Et encore, et encore, et encore... 






C'était que du bonheur. Une grosse bouffée d'air frais qui te lave la tête et le coeur. Et une fois que tout est propre, bien vidé des ancienne pourritures, y'a plein d'étoiles qui s'y déposent, des étoiles gonflées de tendresse, prêtes à éclater tellement ça fait du bien. Alors on les couds, doucement sans faire de déchirure, pour pas qu'elles explosent ou qu'elles s'échappent, pour qu'elles restent là, bien au chaud. 


ET COMME JE SUIS TROP SYMPA, JE VOUS LAISSE ECOUTER LE MEILLEUR CHANT DE NOËL JAMAIS ENREGISTRé. CHANTEZ BRAVES GENS, C'EST BON COMME DES CHOCOLATS !




des idées, décidée, des idées...






Il y a des idées qui vous traversent l'esprit comme des hérissons traversent la route. Sans raisons. 
Le plus souvent écrabouillées par le gros camion du comme il faut. Mais pas toutes. 
Certaines survivent, persistent, et saignent. 
Et dansent. La dissidence, danse.



Des idées qui dansent, une folle valse, à mille temps, à vingt ans.
Qui tourbillonnent, qui m'étouffent parfois de leur passion, leur puissance.
Elles sont là, elles se battent pour s'imposer, pour naître enfin.
Alors je tends l'oreille. J'évite les camions qui risqueraient de les écraser.
Je leur offre un écrin douillet pour s'épanouir, un cocon sécurisé ou elles pourront se déployer. 
Elles m'entraînent dans des rêves, des espoirs remplis de vent et d'espace. 
Pas à pas, elles se construisent, elles donnent le souffle d'une nouvelle danse.















• Une chose plutôt importante : je vais très certainement bientôt changer de plateforme. J'ai découvert les multiples possibilités de Wordpress et les avantages d'avoir un véritable nom de domaine (qui ne contienne pas ".blogspot"...) et je dois avouer que ça me branche plutôt pas mal. Le Punkcake-Concept va donc déménager, et par là même changer de nom!

• Le format sera lui aussi un peu bouleversé. Si tout se passe comme prévu, je devrais passer l'année prochaine (selon le calendrier scolaire) à voyager d'un pays à l'autre, en écrivant sur ce nouveau site. Pas du récit de voyage façon blabla entre potes, un véritable travail de recherche et de traitement d'informations, sous forme de chroniques. 
Mon modèle du genre est Nicolas Bouvier (dont vous pouvez lire un extrait sur mon mââgnifique montage en haut d'article). Je n'ai pas la prétention d'avoir son talent, néanmoins j'espère me rapprocher le plus possible des émotions que ses mots partagent. 

• Mais comme j'aime aussi écrire, de la fiction, de l'auto-fiction ou juste des états d'âmes, il y aura une partie consacrée à ces avalanches de phrases. Et bien entendu une partie Blog. Parce-que je ne me lasse pas du principe de raconter des tranches de vie ou de consacrer de l'espace à des artistes, des créations, des babioles, qui me font bander, je me vois difficilement renoncer à ce côté superficiel et léger. 

• Evidemment ce changement sera annoncé en temps voulu par ici. J'espère que vous serez nombreux à me suivre par là bas ! ♥





|| interlude musical ||

Parce-que la musique adoucit les moeurs et qu'en ce moment je fais pas mal de belles découvertes... Des poètes de talent, des musiciens de génie ou simplement des sons qui envoient du lourd, à vos enceintes!


Yves Jamait - Etc...
Injustement méconnu, un artiste  de talent et une grande gueule cassée qui me donne systématiquement la rage ou la patate...
"il faudrait que j'arrête de ne pas faire de sport, que je fasse une escale dans mes vagabondages, je m'donne trop en spectacle, il faut que j'fasse relâche! Et que je coupe enfin ce poil que j'ai dans la main... Il faudrait que j'arrête de boire plus que convenu, que je tienne mes promesses avant qu'elles ne s'diluent dans le rougeâtre rayon de ce vin délectable, qui réduit à néant mon coté respectable..."


Loïc Lantoine - Pierrot
Un joueur de mots magnifique, intense et puissant, même dans une salle merdique avec un public plus que mou l'émotion et les frissons sont à leur apogée...
"Quand il fait noir dans ma caboche,les soirs où tout est un peu moche... Où même un sourire devient louche, où je brise tout ce que je touche... Avis de vent devant ma vie, et les paupières en parapluie. Y a toujours min copain Pierrot, qui pose une main en haut d´min dos, et qui me dit dans un sourire..."



Noisia - Tommy's Theme
Du son, du bon. Et un clip totalement barré.


Janski Beaats - Tout les méchants doivent mourir
Un doux dingue qui avec un clavier et une machine fait des miracles. Bientôt sur scène devant mes yeux et mes oreilles impatientes, je vous en donnerais des nouvelles!


Son of kick - Playing the villain
Encore du gros son ! Et un clip qui vaut le détour...


Zebda - Mon père m'a dit
Parce qu'ils ne s'arrêtent pas à "tomber la chemise"! Zebda c'est la gouache toulousaine, le goût des mots et de la rime juste, plein de sens et de beauté..
"Mon père m'a dit espèce de voyou, chez nous un homme, ça meurt debout! Il a fait parler la foudre et la foudre a parlé... Je suis tombée pour un braquage de trop, qui ne promettait même pas la lune, on s'est fait serrés moi pour sauver ma peau, vu qu'il n'y avait pas de magot...Je suis tombé pour des prunes et pour du vent, moi qui ne tombait pas si souvent... Mais ils sont fait parlé la foudre et la foudre a parlé Et si j'ai jamais pris mes jambes à mon cou, "mauvais sort" j'ai dit au juge "Sans rancunes".. 
Puisqu'il ya des vives qui valent pas un clou, et qui n'ont pas la même peau"


Alain Souchon - Poulailler's Song
Re-découverte de Souchon et des autres poètes de l'époque, tellement actuel malheureusement...
"Dans les poulaillers d'acajou, les belles basses cour à bijoux, on entends la conversation d'la volaille qui fait l'opinion, qui dit ! On peut pas être gentil  tout l'temps, on peut pas aimer tout les gens, y'a une sélection c'est normal, on lit pas tous le même journal ! Mais comprenez-moi! C'est une migraine, tout ces campeurs sous mes persiennes!"


Electric Universe - The Prayer
Le côté obscur de la techno, la trance bouuuh... Mon hardcoreduChnord chéri prends des grosses claques dans la gueule en ce moment, je lui fait beaucoup d'infidélités... 


Assassin - Touche d'espoir
Que dire ? Prodige du rap français ? Ouais, ça lui va bien au frangin Cassel...
"Tous des gueules amochés, tous fonçant vers une vie gâchée, tous fâchés, tous fichés, tous faussés... Par la faute d'l'info, car on veut tous réussir, mais réussir pour la plupart c'est bâtir son empire... Donc on s'marche dessus, en s'revendiquant d'la rue, donc on s'tire dessus, et notre jeunesse est perdue... Donc on s'marche dessus, en s'revendiquant d'la rue, donc on s'tire dessus, et notre jeunesse est perdue... "



|| Parce-que l'espace public n'appartient pas aux publicitaires, mais au PEUPLE ||



J'AIME PAS LA PUB
J'aime pas la pub qui envahit nos villes et nos campagnes. Ces immenses panneaux ancrés dans le sol qui défigurent les paysages, ces incitations à consommer, sans relâche. Acheter, toujours plus, acheter, parce qu'on te l'ordonne. 
J'aime pas la pub bête et méchante
Celle qui est en décalage complet avec la réalité. Qui m'agresse dès le matin, haute de plusieurs mètres. Qui met en scène des personnages irréels, parfaits, un monde fantasmé dans lequel tout est beau, tout est simple. Un monde ou le bonheur se trouve dans les produits, les produits, les produits. 
J'aime pas la pub qui efface toute réflexion, toute pensée. Qui te dicte ta conduite, tes actions, ta façon de vivre.

Alors je vous ai concocté un petit florilège d'actions anti-pub. De mes indispensables stickers à la bombe de peinture des militants déboulonneurs
Et si vous cliquez sur les photos, vous tomberez sur de chouettes boutiques pour acheter vous aussi votre kit de casseur de pubs et sur des sites remplis de bonnes paroles. 












Vous avez sûrement remarqué la nouvelle bannière, qui vient de la coupine Andralienne ! Je vous invite à aller visiter sa Page Facebook, elle a plein de choses dans la tête et un univers bien particulier. 
Merci à elle pour ce montage fort sympatoche !